05 février 2010

Le risque d'islamisation

Deux faits récents dont un vécu à titre personnel, et l'autre connu de tous, et qui en apparence semblent mineurs et n'avoir aucun lien entre eux, mais qui ne sont cependant pas aussi anodins qu'on pourrait bien le penser, me font réfléchir sérieusement au risque d'islamisation latent que court notre pays. Nous avons déjà bien assez eu de la religion catholique dont nous nous sommes heureusement séparés.

Le premier fait, le plus grave : un journal Français dont je tairai le nom mais qui ne le mérite pas à mes yeux, possède  un site internet sur lequel sont reproduits les articles de la version écrite, chaque article offrant au lecteur une tribune de "commentaire", sensée donner aux dits  lecteurs la possibilité de donner leur avis sur les faits rapportés. Cette possibilité me plaisant, j'ai donc voulu en profiter pour commenter un article qui m'intéressait. En l'occurrence, cet article traitait de la relation de la burqa avec les intégristes, sujet brûlant s'il en est. Cet article était sous entendu corolaire au refus justifié de notre ministre Bresson d'accorder la nationalité française à un marocain refusant d'accepter les lois et coutumes de ce pays d'accueil dans lequel il souhaitait résider de façon définitive, en revendiquant fermement l'obligation faite à son épouse (devrais je dire épouse ou esclave ??.) a porter la burqa. J'ai donc exprimé dans l'espace commentaire - de façon un peu vive il est vrai car ce comportement d'un autre âge a le don de me mettre en colère- mon indignation envers les intégristes musulmans en général qui veulent résider dans notre pays et prétendent nous imposer leur façon de vivre, contraire à nos institutions et à nos lois. Et j'ai invité -en termes directs- au personnage en question de retourner dans son pays d'origine y exercer ses talents de garde chiourme. Cependant, et pour être très clair, j'avais bien précisé que mon discours n'était pas dirigé contre l'immense majorité des musulmans respectant nos institutions, et qui ne se reconnaissent même pas dans l'Islam de pacotille pratiqué par ces intégristes. Mais que seuls les intégristes -et particulièrement cet individu- qui veulent nous l'imposer plus ou moins directement étaient visés.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir mon commentaire refusé par le journaliste en charge de cette tribune, sous le prétexte plus ou moins laconique qu'il n'était pas "modéré". J'ai donc eu avec un autre journaliste, destinataire des réclamations, mais non chargé des commentaires  -séparation des responsabilités, signe laxiste caractéristique de notre temps oblige-, de nombreux échanges. Car je souhaitais que la profession de journaliste, souvent inutilement dure et réclamant toujours sa chère liberté d'expression, m'explique ce que voulait dire "modéré" selon ses critères. Bien sûr, n'étant pas moi même journaliste, mon interlocuteur qui n'avait même pas lu mon commentaire m'a gratifié d'un ton méprisant de qualificatifs tels que raciste, intolérant et discriminant. Et bien sûr, je n'ai pas eu la réponse concernant la consistance de  "modéré" Alors quand je vois quelques fois la dureté avec laquelle certains journalistes traitent les gens sans même avoir examiné le fond des choses, et la façon dont m'a jeté cet individu pour la simple raison que je disais directement des mots qui fâchent, j'en viens à me demander si une certaine presse (dont particulièrement celle que je n'ai pas citée pour ne pas lui faire tort, bien qu'elle le mérite!!!...) n'est pas déjà sous la coupe des talibans et autres poisons de notre temps. Mais ne suis je pas un peu injuste ??...Ce journaliste "vertueux" m'a vraiment agacé !!...

Le second fait, le plus anecdotique ...quoi que ... : notre distingué Olivier Besancenot  (j'espère ne pas avoir trop écorné son nom, mais tant pis !!!...je suis assez intolérant pour l'inconscience des gens de la gauche en général et plus précisément pour ceux de l'extrême gauche... le journaliste en question aurait il finalement raison ??? ) a embauché dans son équipe pour les prochaines élections régionales une jeune et charmante musulmane portant le voile. Ayant été traité de raciste par ce journaliste bien pensant je pourrais bien sûr pousser les hauts cris. Mais je ne le fais pas contrairement à la presse qui en fait des gorges chaudes. Partisan depuis longtemps de la liberté et de l'égalité des femmes (ce n'est pas l'avis de tout le monde, mais je le revendique quand même), j'aurais dans un premier temps eu plutôt tendance à applaudir le fait qu'une femme, et de plus une représentante musulmane -et malheureusement pas beaucoup plus- fasse partie d'une assemblée politique. Mais dans un deuxième temps, d'une part je soupçonne beaucoup trop ledit Besancenot de faire un "coup" politique et démagogique avec le voile pour rafler le maximum de voix dans les milieux islamistes et plus particulièrement les milieux radicaux, ce qui en contre partie l'obligera à passer par où ces milieux le voudront, ce qui ne me plait guère. Et d'autre part, il faut aussi le dire clairement, le port du voile n'est pas vraiment un signe distinctif de nos institutions laïques. La législation française, rappelons le, exclut tout signe de prosélytisme. Je n'accuse pas cette charmante musulmane de prosélytisme politique et je dirais même que j'admire son courage pour tenter de s'intégrer dans ce milieu de machos, mais je me dis aussi que Rachida Dati pour ne citer qu'elle, et qui ne cache pas son appartenance à la minorité en question, n'a pas besoin de voile pour briller politiquement. Mais là, je sens que le fameux journaliste va confirmer son opinion concernant mon esprit discriminatoire.

Voila donc le fond de mes craintes : que dans un futur assez proche, les gens "tolérants" et "modérés" et les politiques assoiffés de pouvoir, laissent par laxisme, bêtise ou indifférence des gens mal intentionnés bafouer nos règles de vie, nos lois et nos coutumes sans rien dire par peur des "vagues" et laisse doucement s'installer une dictature religieuse. Voir l'Iran pour cela. Et que conséquemment, dans un futur proche, nos descendants vivent dans un monde où la liberté de penser et de s'exprimer autrement que par les voix de la religion, n'existe plus.

Mais finalement et plus généralement ceci pourrait aussi s'appliquer à toute sorte de religion, et pas seulement à l'Islam, qui s'il est convenablement interprété (et mon sentiment profond c'est que le majorité des musulmans le pratique correctement en respect des lois du pays où ils résident, mais je ne suis pas suffisamment spécialiste en la matière) n'est pas pire que les autres religions. Car qui a commencé les guerres de religion, et où cela nous a-t-il amené ??..     

Posté par georges1311 à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le risque d'islamisation

Nouveau commentaire