Apologie

01 mai 2010

Les très hautes préoccupations de l’Europe

L’Europe compte des millions de chômeurs, les banques continuent de trafiquer autant qu’elles peuvent en dépit des assurances qu’elles ont donné après avoir reçu des milliards d’Euros, les traders continuent à toucher des centaines de milliers d’Euro de prime, la Grèce se casse la figure et risque d’entrainer d’autres pays dans sa chute, le Portugal et l’Espagne commencent à être sur le fil du rasoir, certaines entreprises Européennes délocalisent dans les pays pauvres au mépris des ouvriers Européens, des Dirigeants d’entreprise se font des retraites dorées, et qu’entends je à la radio il y a quelques jours : une nouvelle ultra importante en provenance des instances Européennes : on va interdire par la loi de donner la fessée aux enfants Français !!!... C’est en effet on le conçoit un problème d’importance que la fessée. Des fois que nos jolies petites têtes blondes en soient traumatisées  et produisent des générations futures d’handicapés du comportement !!!...

Mais je me demande : que fait-on pour les parents qui subissent des violences de la part de leurs enfants, parce que justement ils n’ont pas donné de fessées au moment où il le fallait ??.. Les députés en charge sont étrangement discrets sur ce sujet. Ils nous rétorqueront que la fessée n’a jamais résolu les problèmes et que l’autorité doit s’imposer naturellement. Voire ce qu’ils font quand ils sont chez eux !!!..Alors les parents qui vont fesser un peu leur progéniture pour les contraindre à observer un certain respect vis-à-vis des adultes qui les entourent, vont donc être montrés du doigt, qui sait, peut-être la prison !!...Mais où va-t-on ??.. Combien de générations de gamins turbulents qui ont mérité des fessées et les ont reçues après avoir suffisamment poussé leurs parents à bout sont maintenant des adultes déséquilibrés ??.. Et fallait –il pour quelques maniaques de la fessée ou de la gifle, qu’il est par ailleurs facile d’emprisonner ou de ramener à la raison, faire une loi qui va pénaliser l’ensemble des parents et risque de les culpabiliser ??..

Je ne sais pas quels députés Européens (ou autres, je n’ai pas bien entendu) sont suffisamment irresponsables ou décervelés  pour avoir décidé de l’application de cette loi en France, au prétexte qu’elle est appliquée à d’autres pays d’Europe !!!...Car enfin, il y a encore trop de disparité dans les législations des pays Européens pour que ce qui s’applique ici soit forcément applicable là. Et n’en déplaise à ces députés, sans me sentir un tortionnaire, j’ai déjà fessé mes enfants ‘(et quelque fois d’importance) quand ils avaient manifestement trop tiré sur la ficelle. Et je n’ai pas constaté que cela ait nui à leur développement.

 Mais ces CHERS députés (n’ont-ils rien d’autre à foutre) doivent bien sûr justifier de leurs émoluments et de leurs avantages. Je serais curieux cependant de savoir combien de temps ils ont planché sur cette importante question, car je suppose qu’ils n’avaient rien de plus urgent à faire, alors que l’ensemble de l’Europe tremble sur ses bases. 

Alors je me demande : ont-ils en cours une loi qui interdirait aux enfants d’être impolis et violents, ( ce qui par les temps qui courent serait de plus d’utilité que l’interdiction de fesser) et une autre qui interdirait la connerie dans l’ensemble de l’Europe. Mais dans ce cas, leur boulot serait en vrai danger !!!... 

Posté par georges1311 à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L’incohérence des Français et la dangerosité des politiques démagogiques


L’incohérence de pensées et d’action de mes compatriotes ainsi que leur manque de communautarisme de plus en plus affiché, me stupéfie et me préoccupe de plus en plus pour les générations à venir. J’en veux pour preuve la réforme des retraites.

Il n’est un secret pour personne que le  problème du financement des retraites pour les années à venir n’est pas nouveau. Il existe depuis des décennies. Mais les différents gouvernements qui se sont succédé en France ces dernières années, ont semblé vouloir s’y attaquer –mollement je dois dire-, pour ensuite reculer par veulerie ou démagogie devant l’opposition populaire. Et les choses sont restées en l’état, chaque gouvernement préférant repasser le bébé à son successeur pour pouvoir mieux le critiquer ensuite. Et alors qu’il y a une vingtaine d’années il aurait été encore temps de faire progressivement et sans douleur importante quelque chose à ce sujet, actuellement le problème réclame des solutions d’urgence et drastiques si l’on veut conserver cette formidable acquisition de retraite pas répartition à laquelle tous les Français sont attachés, et qui a été créee par nos anciens pour nos anciens. Pire, certains gouvernements, et particulièrement ceux de gauche, ont dégradé encore plus la situation en accordant des avantages dont ils ont été incapables de peser les conséquences à long terme : semaine de 35 heures, augmentation inconsidérée des salaires, aides telles que ceux qui en profitent gagnent plus à ne pas travailler, retraite à 60 ans, hémorragie de recrutement dans la fonction publique, etc….

Bref, cette politique démagogique à outrance, a finalement conduit à faire de la France un pays d’assistés qui en veulent toujours plus. Le résultat est que la France a perdu une grande partie de sa compétitivité en Europe. La crise internationale n’a pas arrangé les choses, et connaissant l’état d’esprit actuel d’une grande majorité des Français, il semble à présent très difficile de revenir à une situation où un régime de retraites décentes pour les générations à venir puisse être maintenu si rien de sérieux n’est fait. Mais il faudrait pour cela que les Français changent d’état d’esprit vis-à-vis du patronat et des réformes qu’ils ont cependant souhaitées. Ce qui n’est pas gagné. Il est vrai cependant que ces mêmes Français ont parfois quelques raisons de se méfier de ce patronat, l’inverse étant d’ailleurs aussi vrai. Mais je pense que cela peut s’arranger si l’une et l’autre des parties faisaient quelques efforts pour se rapprocher. Mais nous n’en sommes malheureusement pas là.

En tous cas, les mondes ouvrier et politique s’accordent à dire qu’il faut revoir le principe de financement de nos retraites, et il est de fait que Nicolas Sarkozy a été élu par les Français sur ses projets de réformes. Et en particulier celle des retraites. Il est en effet une évidence que l’âge moyen de la population augmentant à cause des progrès de la médecine associé à un régime ou tout le monde part à 60 ans, conduit naturellement à une augmentation du nombre d’inactifs bénéficiant d’une retraite alors que celui des actifs qui la financent diminue. Il parait donc aussi évident, et c’est le constat de l’ensemble des pays de la zone Euro, (à part bien sûr les syndicats, les socialos et les Français moyens) que pour juguler ce problème, une partie de la solution consiste à reculer l’âge de départ, ne serait ce que cela. Ce que d’autres pays Européens ont déjà fait. Avec des aménagements bien entendu pour la pénibilité de certaines professions

Mais à présent qu’un Président décide réellement de faire ce qui aurait du être fait précédemment, dans un délai forcément court car l’affaire urge, voila que l’ensemble des Français, poussés par des syndicats irresponsables qui devraient être apolitiques mais qui sont de fait inféodés aux partis politiques, (la carte du parti communiste est par exemple fortement conseillée à la CGT, et il est de bon ton d’être socialo à FO, etc…) et dont il semble à observer leurs actions qu’ils n’aient qu’un but : démolir l’avenir de la France pour soigner leurs égos et leurs mentors politiques, l’ensemble des Français donc rue dans les brancards. Les Français seraient –ils donc plus intelligents que leurs voisins Européens pour éviter un retour progressif à 65 ans ??. J’en doute fort !!...

Car toutes les formes d’actions à la disposition du gouvernement pour sauver ce qui peut encore l’être par des réformes (allongement de l’âge de la retraite, augmentation des cotisations et/ou de leur durée, etc…) est battu en brèche par ces mêmes Français  qui ont voté pour ces réformes. Mais toucher aux petits avantages acquis des Français de plus en plus égoïstes déclenche toujours une révolution. Et pourquoi moi, et pourquoi pas lui, etc…Et alors qu’enfin une action sérieuse est entreprise avec des délais courts, quand on a glandouillé pendant des années et des années en disant : « il faut réformer » mais qu’on ne l’a pas fait, voilà que tout le monde dit ; « il faut prendre son temps pour cette réforme !!!. ». Et si l’on écoute tout le monde, nous voila reparti en bla bla inutiles, et les reformes seront de nouveau repoussées aux calendes grecques, c'est-à-dire beaucoup trop tard. Allez y comprendre quelque chose !!!..

Pourtant, à mon sens, des mesures immédiates peuvent être prises pour améliorer les choses. Je pense d’abord et en particulier à mettre à plat et à aligner la totalité des régimes de retraites existants, trop souvent inégalitaires, et où nombre de professions se sont taillé des fromages avantageux (retraite des fonctionnaires, des cheminots, des dockers, des députés, etc .. et j’en passe), fromages qui divisent les Français. Il faudrait même à l’idéal un seul régime qui serait forcément égalitaire pour tous. Ce qui simplifierait les choses (mais la simplicité est-elle la bienvenue en France ???), pourrait au passage faire chuter le nombre prohibitif de fonctionnaires de ce pays (près de 30% actuellement, soit 1 Français sur 3 improductif, alors que la moyenne Européenne se situe plutôt vers les 15/18% et encore moins dans les pays émergents) et rendraient les efforts à faire un peu plus supportables pour l’ensemble. Mais là encore, il faudrait réveiller la France qui roupille dans son petit confort mesquin (les chômeurs peuvent refuser jusqu’à 3 offres de travail avant de voir supprimer leurs allocations !!!...Et ne pas bouger de son trou quand on propose un travail ailleurs !!.. Est ce là la démonstration que les Français sont dynamiques et courageux ???). Mais tout le monde sait que réveiller un fauve en pleine digestion expose à des risques, et suppose une bonne dose de courage. Et puis, évidemment qu’à ce moment-là les socialos, toujours prompts à démolir ce que propose la droite, sans pour autant proposer de solutions sérieuses et viables, pousseront les hauts cris et travailleront à maintenir cette situation d’inégalité contre laquelle ils protestent, mais qui au fond les arrange, car ainsi ils peuvent surfer sur les inégalités qu’ils attribuent à la droite par pur esprit politicard.

Mais après tout, ceux qui se plaignent actuellement ne sont-ils pas eux-mêmes responsables de la situation dans laquelle les retraites sont, eux qui en ont toujours réclamé plus, à un point tel que nombre de sociétés se sont exilées dans des pays exotiques pour échapper aux taxes et aux salaires qui les écrasent, ce que l’on peut comprendre ???.. Car si le travail produit dans un pays fait effectivement sa force et sa richesse, il faudrait que les gens comprennent que sans le capital ( c’est malheureux mais c’est ainsi, et pas seulement de la seule faute de la droite, la gauche y a aussi participé à sa façon !!!..) il n’y a plus de travail possible. Or c’est bien une partie du problème actuel du chômage, donc de la difficulté à remplir les caisses de retraite. La crise n’explique en effet pas la totalité du chômage, et si les Français et les syndicalistes réfléchissaient un peu, ils auraient compris cela. Mais pour que les Français moyens conditionnés par leurs syndicalistes réfléchissent, cela suppose une vraie révolution  !!!...Et ne me rassure pas pour les futures générations qui auront à subir les effets sur leur retraite, de l’égoïsme et de la versatilité de leurs parents et grand parents. A supposer qu’ils aient encore une retraite !!!...

Posté par georges1311 à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2010

Dany Raquam le Rouge

 

J’aime bien appeler Dany Raquam, avec sa houppette, il me fait penser à tintin et Milou, mais surtout à ce professeur Tournesol avec lequel il me parait avoir quelques points communs quand il prend son ton docte pour expliquer !!!..

Donc, notre cher soixantehuitard attardé, - je peux dire notre « cher » Dany, car tous les contribuables participent à l’octroie de son salaire on ne peut plus décent comme député Européen-, donc ce 68ard qui ne mérite pas son  « h » bien qu’il en ait usé et abusé dans sa jeunesse,me fait toujours beaucoup rire quand il exprime ses convictions chez les médias. Enfin rire est une façon de parler, ce serait plutôt une certaine angoisse, car à l’entendre exprimer certaines opinions, on finit par comprendre certaines décisions incompréhensibles du Parlement Européen et de tous ces technocrates qui nous gouvernent.

Or donc, je l’entendais dernièrement à la radio, dire avec un aplomb inébranlable, en parlant des vagues médiatiques nées du PV de la gentille musulmane (dont le mari appartenant à une mouvance musulmane plus ou moins intégriste déclare avoir 4 maitresses mais ne pas frauder. Aux esprits médisants : bien sûr, l’argent des alloc va droit sur le compte bancaire de ces maîtresses à qui il a généreusement fait 4 enfants à chacune d’elle), que notre ministre de l’intérieur y allait trop fort en demandant la destitution du cher Monsieur de sa nationalité Française (acquise rappelons le par le seul mariage qu’il consent à reconnaître), et qu’attiser la haine n’a jamais servi à rien, ce en quoi il avait raison.

Mais je me disais dans le même temps que cet hilarant personnage toujours vêtu un peu comme un bcbg s.d.f (son salaire de député Européen ne lui suffit-il pas, ou principes écolos obligent ??) avait la mémoire bien courte. Mais s’exprimait avec l’expérience d’un vieux routard. Car bien entendu les actions de mai 68, auxquelles il a largement et médiatiquement participé, n’ont pas évidement été de nature à diviser les Français, et n’ont pas attisé les haines !!!...Mais il a maintenant 40 ans de plus, et forcément ??? le cerveau se ramollit quand on devient un bourge écolo.

Parlant aussi des soucis de la Grèce, il  clamait haut et fort d’aider immédiatement ce pays en quasi situation de dépôt de bilan. Si cela lui va bien de signer des chèques en blanc sans demander de contre partie, à un pays ou chacun sait que le sport national consiste à avoir deux métiers, l’un déclaré et l’autre au « noir », je ne peux bien sûr pas être d’accord. Et il ferait mieux de se caler sur l’opinion d’Angela Merkel, plus réaliste et moins dépensière !!..

Car après tout, cet argent qu’il voudrait donner généreusement à ces gentils, mais…j’allais dire… filous de grecs… (j’ai eu à mon niveau l’expérience de ces gentils filous moi aussi au cours de ma carrière professionnelle), c’est l’argent de tous les contribuables Européens, dont moi bien sûr pour ne citer que celui là. Et il le jetterait sans vergogne à la poubelle, car c’est bien là qu’il finirait cet argent!!... Mais bien entendu pas dans n’importe quelle poubelle, vous m’avez compris !!!...

Et par ailleurs, que lui importe à notre Dany Franco–Allemand que les gens qui travaillent et payent leurs impôts honnêtement, en paient plus pour ceux qui filoutent le fisc !!!..Ca ne changera pas son chèque de fin de mois !!...Ni peut-être ses propres impôts. Car je suppose et fais confiance aux députés Européens pour cela, qu’ils trouveront dans ce cas une parade afin que leurs revenus ne souffrent pas de cet argent dilapidé !!...

Et vive l’écologie de notre Dany …futur Président ??? J’en ai froid dans le dos !!!.. Au moins Georges Marchais était lui aussi rigolot, mais dans le bon sens du terme !!!...Mais Dany est bien trop futé pour accéder au poste suprême. C’est tellement plus confortable de critiquer de loin, et de proposer des solutions qui plaisent à son électorat, dont bien sûr les socialos qui croient en lui, mais qu’il sait qu’elles conduiraient à la ruine du pays

 

Posté par georges1311 à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 février 2010

Les risques du métier

 

Les journalistes de terrain qui couvrent des opérations militaires ou montrent au monde ce que certains gouvernements ou groupes dissidents de certains pays veulent cacher, font un métier où des  risques font intrinsèquement partie. Je suis persuadé que ces journalistes en sont conscients et assument ces risques. Ils ont en effet fait le choix de les prendre, rien ne les y obligeant. Et par ailleurs, de façon plus prosaïque et pas tout à fait désintéressée, ils sont, comme dans beaucoup de professions dangereuses, bien payés pour cela.

Récemment, deux journalistes d’une chaîne de télévision Française se sont fait enlever par des Talibans en Afghanistan au cours d’une mission destinée à faire un reportage sur lesdits Talibans. Les autorités militaires alliées, qui essayent de mettre un peu d’ordre dans ce pays où perdure une folie religieuse constante, avaient bien tenté de dissuader ces journalistes d’exécuter leur mission, compte tenu du climat d’insécurité quotidienne qui règne dans la région où ils se rendaient. Malgré ces avertissements, les journalistes en question, dotés d’une conscience professionnelle que bien d’autres devraient leur envier, ont préféré faire leur métier d’informateurs, étant eux-mêmes informés des risques qu’ils encouraient. Et malheureusement, ces deux hommes sont à présent séquestrés depuis plusieurs semaines par leurs ravisseurs.

Il est de fait que tout le monde s’accorde à dire que cet évènement est à  déplorer, et que dans certains pays la liberté de la presse n’est qu’un vain mot. Je déplore moi-même cet enlèvement, pour les journalistes dans l’exercice de leur profession, et également pour leurs proches qui doivent vivre des moments difficiles. Je déplore aussi comme tout le monde que dans certains pays ou règne la religion, montrer la réalité des choses est souvent une opération dangereuse.

Cela étant dit, je m’étonne de la polémique qui s’installe en France, parce qu’un responsable militaire a osé dire que 10 millions d’Euros ont déjà été dépensés en opérations diverses pour venir en aide à ces journalistes et tenter de les libérer. Polémique relayée par d’autres journalistes de la même chaine, le cul bien posé sur leur fauteuil de journaliste, loin des conflits et des risques encourus par leurs collègues qui peut-être n’en feraient pas un tel fromage.

Comme tout un chacun, je suis intimement convaincu qu’une vie humaine n’a pas de prix, et que tout doit être tenté pour la sauvegarder. Mais faut-il que ce soit nécessairement avec les deniers publics ??... Car enfin, si l’interview s’était déroulée sans anicroche, la chaine de télévision en question en aurait financièrement profité. Par analogie, une entreprise qui pour se faire de l’argent a fait courir des risques mortels à son personnel, doit en payer les conséquences. Alors serait-il illogique dans ces conditions que ladite chaine participe activement aux frais qui résultent des risques qu’elle a fait courir à son personnel ?? Plutôt que verser des dizaines de millions d’Euros à des producteurs peu scrupuleux pour « amuser le public » et faire le plein de l’audi mat ?. Dépenser des fortunes  pour amuser monsieur tout le monde est-il donc plus important que verser 10 millions pour sauver deux vies humaines, surtout quand ces vies appartiennent à des hommes qui font leur métier d’informer le monde des risques qui l’attend  ??.

 Est-il aussi incongru de rappeler aux contribuables ce que cela leur coûte au moment ou la transparence des comptes de l’état est réclamée par tous. Rappel à ceux-là mêmes qui payent la redevance télé pour que l’information leur parvienne grâce aux risques que font courir leur employeur à ces hommes courageux ? Contribuables qui participent au maintien des chaines télévisées et au salaire de la totalité des journalistes de télévision ??...Et finalement le jeu couru par cette équipe de journalistes en valait-il la chandelle ? Et quelle information tirons-nous de ce rapt, sinon ce que l’on savait déjà. A savoir que les Talibans, qui sous couvert de religion, ne sont en fait que des bandits de grand chemin sans souci de l’information et de la vie humaine, et avides de l’argent des rançons que leur rapporte leur activité criminelle ??..

Cette réflexion m’amène aussi à penser aux deniers publics jetés par la fenêtre pour sauver les vies de skieurs parfaitement inconscients –Français ou étrangers d’ailleurs- bravant stupidement sur les pistes les conseils de prudence relatifs à la pratique du hors piste, ou de spéléologues imprudents qui s’aventurent dans les grottes alors qu’il fait mauvais temps. Et de façon plus générale à tous ceux qui prennent des risques inconsidérés, pour rien d’autre que la « gloriole » ou l'inconscience, ou pour ceux qui veulent sauver leur animal de compagnie grimpé dans un arbre, obligeant ainsi les pouvoirs publics à monopoliser des moyens importants  de sauvetage entrainant des dépenses folles et faisant courir des risques à leurs sauveteurs, sans qu’il leur soit demandé de contre partie financière. Et cela avec l’accord de la population qui râle par ailleurs contre les impôts !!!...Car je me souviens du scandale produit il y a peu de temps par un responsable sapeur pompier demandant à juste titre de faire payer certains inconscients des sommes d’argent dépensées à leur sauvetage. Ces mêmes sapeurs pompiers à qui l’on refuse parfois l’acquisition de moyens plus performants, et des salaires plus en accord avec les risques physiques qu’ils courent pour nous sauver  !!!...

Notre monde, et particulièrement la France ne tourne définitivement pas très rond !!!...

 

Posté par georges1311 à 11:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 février 2010

La sagesse des femmes

Est-ce l’âge, ou le ras-le-bol que je ressens de plus en plus dans ce pays qui est le mien, de constater  que rien ne peut s’y faire simplement ? Que mes compatriotes sont d’une versatilité incommensurable quand ils élisent un Président sur son programme de réformes indispensables, et qu’ils mettent les quatre fers en avant dès qu’il s’agit de les appliquer parce que ça empiète sur leur petit intérêt ? Que les partis politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche caressent les citoyens dans le sens du poil avant les élections pour mieux pouvoir les manipuler après ? Que la gauche critique sans cesse la droite, et inversement ? Que sous prétexte de respecter la liberté de chacun, on accorde plus d’égards aux agresseurs qu’aux victimes des agressions ? Qu’on laisse par laxisme ou intérêt bassement politicard des minorités religieuses, toujours au prétexte de la liberté de chacun, vouloir nous imposer leur religion et leur façon de vivre ? Que l’individualisme de plus en plus forcené des Français sur tous les plans les rende aveugles au point de détruire inconsciemment le monde qui les entoure ?   Et que tout cela m’inquiète sérieusement pour les générations futures qui risquent de voir ce beau pays qui est le notre déchiré par des querelles intestines, et voir leur avenir compromis ?...

Bref, tout cela me donne depuis quelque temps des colères internes que j’essaye d’exorciser en les couchant sur le papier. Mais cela me prend tellement la tête que j’en ai oublié hier de passer à ma jolie Québécoise le coup de fil quotidien que lui adresse son chum!!!...Je suis impardonnable. Car –et qu’on me pardonne un certain égoïsme- ces coups de fil ont finalement beaucoup plus d’importance pour nous deux que toutes ces idées moroses qui me viennent à l’esprit et dont j’abreuve ma compagne. Et ma Québécoise préférée, avec raison, m’en a fait le reproche, en me conseillant d’aller m’oxygéner par une marche à pied pour oublier tout cela.

J’ai donc suivi, en bon chum que je suis, ses conseils éclairés. Et bien m’en a fait. Je me suis rendu sur le plateau qui voisine ma résidence et que j’affectionne particulièrement, là où me portent souvent mes errances pédestres, et j’ai marché dans la nature pendant deux heures. J’ai comme d’habitude gravi et descendu les petites buttes qui en parsèment les différents circuits, crapahuté sur ces chemins pierreux, et sali mes brodequins dans la boue qui y règne après les dernières pluies.  J’ai vu la nature commencer à s’éveiller avec des bouquets de fleurs naissantes. Et j’ai surtout passé de longues minutes à contempler les lapins sauvages courir avec insouciance dans tous les sens les uns après les autres, avec comme seul souci le moment présent, dans le silence de cette campagne-forêt où nul chasseur n’apparaissait, et où les pousses de blé tout juste sorties de terre leur offrait le couvert.

Et le miracle c’est opéré encore une fois. Mes idées moroses ont pris le large pendant ces instants de quiétude, et les deux heures sont passées avec une rapidité stupéfiante. Alors je me suis dit que décidément, les femmes ont eu plus de chance que nous, les hommes, dans la distribution de la sagesse et du bon sens. Et que la vie serait peut-être plus simple et agréable sur notre planète si nos dirigeants étaient du sexe féminin.      

Posté par georges1311 à 10:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]


15 février 2010

Le ,déclin de l'enseignement et ses conséquences

J’écoutais sur France Info la nouvelle secrétaire du FSU se plaindre à tous vents, à la fois et tout à trac de la situation actuelle dans les écoles, du manque de personnel de surveillance, de la suppression de postes dans la fonction publique, de le réforme sur l’âge de la retraite, de la grève actuelle d’enseignants dans une certaine académie.

Il est de fait que la  présente situation dans l’enseignement en France n’est pas des plus brillantes, et cette dame avait sûrement des raisons de se plaindre. Mais je souhaiterais cependant lui rappeler les quelques points suivants :

La situation actuelle dans les écoles :

J’entendais dire par cette brave dame que pour régler certains problèmes dans les écoles, il faut que le personnel enseignant connaisse chaque élève, et que le personnel de surveillance demandé servait à cela. Je suis assez de cet avis, et j’irais plus loin : la surveillance n’incombe pas aux seuls personnels de surveillance, mais à l’ensemble du corps enseignant. Connaître chaque élève ne consiste pas nécessairement à lui trouver toutes les bonnes raisons (chômage des parents, démission des parents) pour l’excuser de ses frasques. Le fait d’avoir des parents en chômage ou démissionnaires ne justifie pas nécessairement un comportement anti social. Ce serait aussi ridicule que d’affirmer que les familles BCBG ne génèrent que des anges. Et comme il est facile de critiquer le seul gouvernement, quand on tait ostensiblement la démission de certains parents et aussi de certains professeurs, ce qui n’est pas la faute de ce gouvernement.

 Il est un fait que la majorité des enseignants se réclament de gauche avec les idées « modernes » qui ont tant fait et continuent de tant faire pour le déclin de notre pays. La discipline au sein de l’école s’est en effet considérablement dégradée depuis mai 68. Ceci explique-t-il cela ?? Pas en totalité, mais à mon sens on assiste aujourd’hui à un juste retour des choses assez caractéristique, mais bien triste. Car sans jouer les vieux « machins », les maîtres d’école de mon époque savaient se faire respecter et n’hésitaient pas à sanctionner les attitudes incorrectes de certains élèves. Et personne n’y trouvait à redire. Ces maîtres prenaient soin de leur présentation extérieure, les cours d’éducation civique n’étaient pas un gadget, ils ne se laissaient pas tutoyer par leurs élèves, et n’étaient pas « copains » avec eux. En un mot, ils respectaient leurs élèves, et demandaient en contre partie d’être respectés. Sommes-nous aujourd’hui dans une même situation ??

Jamais pendant les 7 ans que j’y ai suivi mes études je n’ai vu des situations telles qu’on les voit à présent, ou des enfants en jeune âge manient le couteau ou le pistolet qu’on leur a laissé entrer à l’école. Il n’y avait pourtant pas de portique ni de badges à cette époque. Mais une surveillance effective des élèves par l’ensemble des professeurs et du surveillant général. Car n’en déplaise au corps enseignant, ses membres doivent pour les enfants auxquels ils donnent une instruction, représenter l’ image d'une seconde famille et doivent, en conséquence, en assumer aussi leur part de responsabilité. Je ne me souviens pas non plus d’avoir vu mes professeurs en grève régulièrement –surtout pas en « copinant avec leurs élèves »-, et leur taux d’absentéisme n’atteignait pas les sommets d’aujourd’hui. Bel exemple de conscience professionnelle que l'on donne à ces têtes blondes, sous le prétexte fallacieux de les défendre !!!...Car ainsi on défend surtout les manques de la profession, et non les élèves. Et dans les classes que j’ai suivies, nous étions beaucoup plus que 28 élèves, ce dont les professeurs ne se plaignaient pas car la discipline y régnait.

Le fait d’avoir voulu faire croire aux gens dans les années 70 par un gouvernement de l’époque composé comme souvent d’intellectuels d’un irréalisme stupide et dangereux, que le niveau intellectuel des Français s’était  brusquement  élevé (par quel miracle ???...), en baissant le niveau du Bac et en augmentant le nombre d’étudiants, a eu plusieurs effets pervers : une dégradation des compétences pédagogiques des jeunes professeurs, ce qui ne milite pas en faveur de l’enseignement et du contrôle des élèves, une augmentation du nombre de fonctionnaires dans l’enseignement, et un désintérêt de nombreux jeunes pour les professions manuelles. Avoir ainsi maintenu des élèves  à l’école jusqu’à 18 ans, souvent contre leur désir, en leur ayant martelé que les études littéraires étaient les seules valables, et que les lycées et collèges techniques ne représentaient qu’un « pis-aller » dans leurs études, a aussi sournoisement déclenché un mouvement dont les enseignants subissent actuellement les effets par un juste retour des choses. Et il ne faut pas s’étonner de voir aujourd’hui les jeunes éduqués de cette façon préférer le chômage au travail sur les chantiers, presque plus lucratif et ô combien moins fatiguant !!!... Avec l’oisiveté et ses conséquences qui en résultent.

Car n’en déplaisent à ces intellectuels, nos concitoyens ne sont pas que des littéraires, loin s’en faut, et certains enfants détestent les études. Ils souhaitent exercer rapidement un métier manuel. Ce qui n’est ni dégradant, ni condamnable, bien au contraire. Tant il est vrai que l’on ne fait bien que ce qu’on désire faire. Les Allemands ont compris cela depuis longtemps, et leur pays s’en est ressorti plus fort que la moyenne Européenne. Voilà un bel exemple de connaissance des enfants !!!...Et si les gouvernements et particulièrement ceux de gauche qui ont voulu faire croire au monde que la nation Française était la plus douée, avaient compris cela, nous n’en serions peut-être pas où nous en sommes aujourd’hui. Car être occupé, que ce soit manuellement ou intellectuellement,  détourne les envies de tout casser par désœuvrement et refus des études.

Je n’ai entendu dans la bouche de cette éminente syndicaliste que des critiques sur le gouvernement actuel, mais pas de reproches aux parents démissionnaires, ni de constat de la baisse de niveau des enseignants, ni de critique de cet état de fait !!!... Et surtout pas que l’on a rien sans rien !!!...

Le manque de personnel de surveillance :  

Bien entendu qu’il faut du personnel de surveillance.  Tout le monde est d’accord la dessus !!!.. Mais que l’on ne critique pas alors la présence policière dans les campus quand le personnel souvent trop jeune, mal formé car formé par des intellectuels sans contact avec la réalité  et manquant d’expérience, personnel chargé de la police interne à l’école est débordé, comme cela s’est déjà produit maintes fois. Et que la surveillance soit effective, et non pas laxiste. Pour que les élèves deviennent de bons citoyens, il faut que leurs éducateurs, parents comme professeurs, pratiquent  un contrôle continu et sans faille.

Dans le collège technique où j’ai fait mes études secondaires, il n’y avait qu’un seul surveillant pour l’ensemble des quelques 500 élèves entre 10 et 18 ans qui y apprenaient !!!... Et qui au départ n’étaient pas meilleurs ou plus mauvais que ceux d’aujourd’hui. Ce surveillant était souvent dur, c’est un fait, mais il était juste et surtout sans faiblesse. Et les élèves indisciplinés craignaient d’être appelés dans son bureau, et évitaient après un premier passage à retenter l’expérience. Pourtant personne ne se plaignait, tant il est vrai que les enfants et les adolescents peuvent comprendre et respecter la justice et son corolaire : la punition, si on leur montre l’exemple.

Alors quand j’entends notre syndicaliste en question réclamer je crois 11 personnes de surveillance  supplémentaire pour un effectif de 1500  ou 2000 étudiants, j’en tombe des nues et cela ne me semble pas une solution acceptable. Et je me dis que notre pays file tout droit vers le communisme et tous ses plaisirs avec tous ces fonctionnaires qu’il veut génèrer ainsi.

La suppression des postes dans l’enseignement :

Ces braves enseignants, et les syndicats d’enseignants qui les poussent dans leur action,  désireraient bien sûr qu’il y ait le plus de fonctionnaires possible dans leur branche, et je les copmprend. C’est aussi le souhait pour beaucoup d’autres professions. Mais se doutent-ils, ces enseignants et syndicats d’enseignants,  que ce n’est pas en produisant des fonctionnaires à longueur d’année que l’on fait progresser un pays et qu’on le rend fort ??...Et oublient-ils qu’ils sont payés par l’état, c'est-à-dire les contribuables que nous sommes ?? Car même si cela les dérange dans leurs idées de monde idéal, la réalité actuelle du monde dans lequel nous vivons est tout autre et semble leur échapper, c’est qu’un pays est fort quand il produit de la richesse : des machines, des biens de consommation, des produits qu’on exporte, etc…Et qu’ils ont tout intérêt s’ils ne veulent pas se trouver au chômage à ce que notre pays produise des ouvriers et des cadres industriels qualifiés, qui seront la source de cette richesse, assurant ainisi le train de vie du pays et de ses occupants, et non pas de plus en plus de fonctionnaires qui ponctionnent le budget national avec très peu de contre partie.

Les intellectuels sont évidemment nécessaires au rayonnement d’un pays. Les fonctionnaires aussi, dont le rôle est de gérer toutes les affaires du pays. Les syndicats sont également indubitablement indispensables pour assurer un contre pouvoir vis-à-vis du patronat. Mais que cela ne devienne pas un boulet pour le pays et que la politique ne soit pas le seul moteur de leurs motivations. Et quand un pays en est comme la France à détenir la palme du pourcentage le plus élevé de fonctionnaires des pays de l’ Europe, on devrait sérieusement se poser des questions. Notre pays est-il mieux géré et plus intelligent avec ces fonctionnaires, que les autres pays d’Europe ??...  J’en doute

L’âge de la retraite et la grève actuelle de certains enseignants :

Je crois avoir déjà tout dit en ce qui concerne ces deux points.

Alors mon sentiment profond est que le peuple Français est devenu après 68 beaucoup trop un peuple d’assistés, ce qui résulte d’une politique de gauche destructrice. Et que  l’absence de réalisme de la majorité des Français, dans toutes les branches d’activité, et particulièrement dans celle de l’enseignement, associée à l’individualisme forcené de la France actuelle et surtout de ses citoyens dont l’égoïsme a de moins en moins de borne,  conduira tout doucement notre pays et surtout les générations futures à un monde qui sera de plus en plus difficile à vivre, et qui surtout aura perdu tout l’éclat que les générations précédentes avaient eu tant de mal à acquérir dans le travail ou dans le sang. Et où seule la politique et toutes ses perversions auront droit de cité.

 

Posté par georges1311 à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 février 2010

Le risque d'islamisation. Suite et fin ????...

Le risque d'Islamisation de la France que je ressens est-il une utopie ou a-t-il déjà pris racine ?? On pourrait se poser sérieusement la question après avoir lu ce qui suit :

Peu de temps après que mon commentaire précédent ayant fait l’objet du texte concernant le risque d’Islamisation de la France, que je redoute sincèrement, et que  ce commentaire ait  été « modéré » (au sens du Net) par le rédacteur vertueux en charge de la « modération » qui l’a proprement jeté, quelle n’a pas été ma surprise de voir qu’un autre commentaire, qui celui là n’avait pas été très « modéré » (au sens propre du terme) était  passé sans problème (volontairement ou non ???...) à la censure que pratique ce journal de gauche aux commentaires de la droite. C’eut été une affaire franco-française, on pourrait aisément comprendre et ce serait de bonne guerre. Mais pour ce genre d’évènement qui touche avec autant d'égalité tous les partis de notre pays, c’est plutôt inquiétant.

Car dans ce commentaire sur le port du voile, rédigé par un lecteur que je ne connais pas et que je ne désire pas connaître, mais qui  manifestement adore les français, on disait ceci : les Français s’opposant au port du voile islamique en politique (c'est-à-dire à peu près 80% de la population, et ceci quelle que soit la couleur des sensibilités) font preuve, je cite « d’un opportunisme fascisant et racoleur ». Gageons que les dits Français qui auront lu ce commentaire auront apprécié !!!...

Je ne reproche pas à ce commentateur d’exprimer son opinion, il en a le droit si la tribune de commentaire est effectivement destinée à le faire, ce dont je doute de plus en plus. A moins que la règle du journal en question est que les commentaires soient nécessairement orientés dans le bon sens de ses idées. Auquel cas, l'espace accordé aux lecteurs est-il vraiment destiné aux commentaires, ou ne serait il pas plutôt destiné à faire l'éloge bien compris de ces idées??...J’ai moi-même bien sûr protesté très fort auprès du journaliste «modérateur » pour cela, au travers d'un échange de mails. Et je reproche violemment  à ce journal –et à son « modérateur- de diffuser de tels commentaires, après m’avoir accusé de je cite à nouveau « pousser au combat ». Et de ne pas m'avoir apporté de justificatif à une telle attitude, bien que je l'ai demandé, probablement parce qu'ils n'en ont pas !!!.... Les lecteurs apprécieront.

Alors, je pose la question sous jacente à mon texte : l’Islamisation radicale de la France ne serait-elle pas déjà en route ?? Et sans qu’il soit pour cela question de racisme. Encore une fois mon sentiment est que l’immense majorité des musulmans Français font montre du respect de nos institutions. Et la crainte que j’exprime n’est pas dirigée contre eux, mais bien contre les idées moyenâgeuses et extrémistes d’une frange détraquée de l’Islam, résultant malheureusement d’une immigration incontrôlée ces dernières années. Et contre ceux qui, pour assouvir un besoin bassement politicard, semblent trouver ces idées si aguichantes qu’ils les prennent à leur compte et les propagent au travers de la presse qui leur est inféodée. Que ceux qui sont visés se reconnaissent !!!...

Posté par georges1311 à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2010

Le risque d'islamisation

Deux faits récents dont un vécu à titre personnel, et l'autre connu de tous, et qui en apparence semblent mineurs et n'avoir aucun lien entre eux, mais qui ne sont cependant pas aussi anodins qu'on pourrait bien le penser, me font réfléchir sérieusement au risque d'islamisation latent que court notre pays. Nous avons déjà bien assez eu de la religion catholique dont nous nous sommes heureusement séparés.

Le premier fait, le plus grave : un journal Français dont je tairai le nom mais qui ne le mérite pas à mes yeux, possède  un site internet sur lequel sont reproduits les articles de la version écrite, chaque article offrant au lecteur une tribune de "commentaire", sensée donner aux dits  lecteurs la possibilité de donner leur avis sur les faits rapportés. Cette possibilité me plaisant, j'ai donc voulu en profiter pour commenter un article qui m'intéressait. En l'occurrence, cet article traitait de la relation de la burqa avec les intégristes, sujet brûlant s'il en est. Cet article était sous entendu corolaire au refus justifié de notre ministre Bresson d'accorder la nationalité française à un marocain refusant d'accepter les lois et coutumes de ce pays d'accueil dans lequel il souhaitait résider de façon définitive, en revendiquant fermement l'obligation faite à son épouse (devrais je dire épouse ou esclave ??.) a porter la burqa. J'ai donc exprimé dans l'espace commentaire - de façon un peu vive il est vrai car ce comportement d'un autre âge a le don de me mettre en colère- mon indignation envers les intégristes musulmans en général qui veulent résider dans notre pays et prétendent nous imposer leur façon de vivre, contraire à nos institutions et à nos lois. Et j'ai invité -en termes directs- au personnage en question de retourner dans son pays d'origine y exercer ses talents de garde chiourme. Cependant, et pour être très clair, j'avais bien précisé que mon discours n'était pas dirigé contre l'immense majorité des musulmans respectant nos institutions, et qui ne se reconnaissent même pas dans l'Islam de pacotille pratiqué par ces intégristes. Mais que seuls les intégristes -et particulièrement cet individu- qui veulent nous l'imposer plus ou moins directement étaient visés.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir mon commentaire refusé par le journaliste en charge de cette tribune, sous le prétexte plus ou moins laconique qu'il n'était pas "modéré". J'ai donc eu avec un autre journaliste, destinataire des réclamations, mais non chargé des commentaires  -séparation des responsabilités, signe laxiste caractéristique de notre temps oblige-, de nombreux échanges. Car je souhaitais que la profession de journaliste, souvent inutilement dure et réclamant toujours sa chère liberté d'expression, m'explique ce que voulait dire "modéré" selon ses critères. Bien sûr, n'étant pas moi même journaliste, mon interlocuteur qui n'avait même pas lu mon commentaire m'a gratifié d'un ton méprisant de qualificatifs tels que raciste, intolérant et discriminant. Et bien sûr, je n'ai pas eu la réponse concernant la consistance de  "modéré" Alors quand je vois quelques fois la dureté avec laquelle certains journalistes traitent les gens sans même avoir examiné le fond des choses, et la façon dont m'a jeté cet individu pour la simple raison que je disais directement des mots qui fâchent, j'en viens à me demander si une certaine presse (dont particulièrement celle que je n'ai pas citée pour ne pas lui faire tort, bien qu'elle le mérite!!!...) n'est pas déjà sous la coupe des talibans et autres poisons de notre temps. Mais ne suis je pas un peu injuste ??...Ce journaliste "vertueux" m'a vraiment agacé !!...

Le second fait, le plus anecdotique ...quoi que ... : notre distingué Olivier Besancenot  (j'espère ne pas avoir trop écorné son nom, mais tant pis !!!...je suis assez intolérant pour l'inconscience des gens de la gauche en général et plus précisément pour ceux de l'extrême gauche... le journaliste en question aurait il finalement raison ??? ) a embauché dans son équipe pour les prochaines élections régionales une jeune et charmante musulmane portant le voile. Ayant été traité de raciste par ce journaliste bien pensant je pourrais bien sûr pousser les hauts cris. Mais je ne le fais pas contrairement à la presse qui en fait des gorges chaudes. Partisan depuis longtemps de la liberté et de l'égalité des femmes (ce n'est pas l'avis de tout le monde, mais je le revendique quand même), j'aurais dans un premier temps eu plutôt tendance à applaudir le fait qu'une femme, et de plus une représentante musulmane -et malheureusement pas beaucoup plus- fasse partie d'une assemblée politique. Mais dans un deuxième temps, d'une part je soupçonne beaucoup trop ledit Besancenot de faire un "coup" politique et démagogique avec le voile pour rafler le maximum de voix dans les milieux islamistes et plus particulièrement les milieux radicaux, ce qui en contre partie l'obligera à passer par où ces milieux le voudront, ce qui ne me plait guère. Et d'autre part, il faut aussi le dire clairement, le port du voile n'est pas vraiment un signe distinctif de nos institutions laïques. La législation française, rappelons le, exclut tout signe de prosélytisme. Je n'accuse pas cette charmante musulmane de prosélytisme politique et je dirais même que j'admire son courage pour tenter de s'intégrer dans ce milieu de machos, mais je me dis aussi que Rachida Dati pour ne citer qu'elle, et qui ne cache pas son appartenance à la minorité en question, n'a pas besoin de voile pour briller politiquement. Mais là, je sens que le fameux journaliste va confirmer son opinion concernant mon esprit discriminatoire.

Voila donc le fond de mes craintes : que dans un futur assez proche, les gens "tolérants" et "modérés" et les politiques assoiffés de pouvoir, laissent par laxisme, bêtise ou indifférence des gens mal intentionnés bafouer nos règles de vie, nos lois et nos coutumes sans rien dire par peur des "vagues" et laisse doucement s'installer une dictature religieuse. Voir l'Iran pour cela. Et que conséquemment, dans un futur proche, nos descendants vivent dans un monde où la liberté de penser et de s'exprimer autrement que par les voix de la religion, n'existe plus.

Mais finalement et plus généralement ceci pourrait aussi s'appliquer à toute sorte de religion, et pas seulement à l'Islam, qui s'il est convenablement interprété (et mon sentiment profond c'est que le majorité des musulmans le pratique correctement en respect des lois du pays où ils résident, mais je ne suis pas suffisamment spécialiste en la matière) n'est pas pire que les autres religions. Car qui a commencé les guerres de religion, et où cela nous a-t-il amené ??..     

Posté par georges1311 à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2010

L'INCONSCIENCE DES SOCIALISTES FRANCAIS

La couverture sociale des Français sur tous les plans qu'elle couvre a longtemps été un modèle que nous a envié le monde entier. Mais chacun sait aussi que les retraites françaises sont à présent menacées à très brève échéance. Cette situation n'est pas nouvelle et résulte de différents facteurs, dont principalement l'allongement de l'espérance de vie des Français et le passage à le retraite à 60 ans qui fait que de plus en plus de personnes sont retraitées et de moins en moins en moins payent pour alimenter les caisses.

Bien que cela soit connu depuis des décennies par tous les acteurs politiques, aucun des gouvernements de ces dernières décennies n'a eu le courage, pour des raisons bassement politiques, de vouloir vraiment s'attaquer au fond du problème. La situation empirant d'année en année, et rien n'ayant été fait, sinon d'accorder de plus en plus d'avantages aux citoyens - car il faut bien avouer que le peuple Français est de plus en plus un peuple d'assistés, les syndicats y étant pour beaucoup -,il devient d'une urgence extrême de sauver le peu qui puisse être sauvé de cette institution pour les générations futures, les dégâts des différentes politiques précédentes étant déjà trop importants à mon sens pour que l'on puisse revenir à une situation acceptable, mais pas vraiment satisfaisante pour toutes les parties.

Dans l'arsenal des solutions pour tenter de limiter les dégâts pour les générations futures, il y a bien sûr le report de l'âge de la retraite à 62, 63...65 ans. Bien que cette solution ne fasse plaisir à personne, elle permettrait non pas de régler définitivement le problème, mais à mon sens de démarrer un processus de redressement à plus long terme et d'assurer un répit au règlement plus sérieux de ce problème dont je ne nie pas la difficulté de réalisation. Mais si l'on ne fait rien, ce sera pire. Les autres solutions (augmentation des cotisations, augmentation des participations des entreprises ou des grandes fortunes, etc..) étant insuffisantes ou anecdotiques, voire plus destructrices de travail qu'efficaces. 

Le gouvernement actuel, même s'il n'est pas toujours vraiment "dans le coup", a au moins dans cette voie le courage et la volonté de prendre le problème a bras le corps. Et on voyait il y a deux jours un rayon de soleil se pointer dans les propos de Martine Aubry - qui me semble un peu plus intelligente que la moyenne des éléphants et des socialistes et communistes de tous bords, comme quoi le bon sens ne semble être attribué qu'aux femmes - qui n'excluait pas des discussions dans le but de revenir à un âge plus avancé de la retraite.

Car c'est en effet une question de bon sens : les progrès médicaux de ces dernières années ont repoussé l'espérance de vie, et on voit bien à présent que la majorité des hommes et des femmes de 60 ans sont encore en "état"' de travailler quelques années. Bien sûr, certaines professions sont plus pénibles que d'autres, et il faut en tenir compte au cas par cas. Mais le principe qui consiste à aligner toutes les professions (j'entends bien toutes les professions, y compris celles de politicien) sur un pied d'égalité, me parait très saine et plus que cela, souhaitable, nécessaire pour satisfaire l'idéal des socialistes qui la réclament, mais se gardent bien de l'appliquer pour ne pas se couper de la base qui ne le désire pas . Et l'on doit revoir l'intégralité des "niches" que se sont faits les Français dans ce domaine. Car pour ne citer que ce cas, on ne me fera pas croire qu'un conducteur de TGV a droit de partir à la retraite à 55 ans ou moins sous prétexte de pénibilité. Quand l'âge de la retraite a été abaissé pour les conducteurs de trains, ceux ci avaient vraiment un travail pénible, et leur espérance de vie loin de celle actuelle.

Malheureusement, l'espérance d'un consensus qu'avait fait naître les propos de Martine Aubry s'est vite envolée. Son rappel à l'ordre par l'appareil du parti a été on ne peut plus rapide. Dès hier soir, soit le lendemain de ses propos encourageants, elle a démoli cette espérance en niant ses propres paroles de la veille !!!..Baissez le rideau, il n'y a plus rien à voir !!!... Débrouillez vous avec les syndicats !!!... On connait la musique : les grèves futures que ne vont pas manquer d'organiser lesdits syndicats, tuant dans l'oeuf le début du redressement. Mais après tout, si l'avenir de nos descendants devient noir, les socialos auront sauvé leur peau et ils se foutent bien de ce qui se passera après, eux qui auront toujours leur belle retraite de député !!!... Parlons donc d'égalité et de fraternité après tout cela. !!!...

Il ne reste plus qu'à espérer soit un nouveau revirement (ce qui me parait peu probable connaissant les inconsciences de ce parti qui m'apparait comme un destructeur d'avenir), ou un soudain réveil de la conscience du bon peuple Français !!!... Mais là, il y aurait trop de monde à Lourdes !!!...

Posté par georges1311 à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 janvier 2010

LA BURKA

La burka fait parler d'elle. Beaucoup trop à mon avis. Et pour mettre un point final à cette situation d'intégrisme galopant, ainsi qu'à tous les discours répugnants que l'on peut entendre, et qui se veulent justifier cet harnachement d'un autre âge dont le seul mérite est de discréditer aux yeux de la majorité du public les femmes musulmanes qui les portent et leurs maris (quelques fois leurs tortionnaires d'ailleurs) qui les encouragent -ou les forcent- à le faire, ne faut-il pas l'interdire définitivement partout par une loi, excepté bien sûr dans la résidence de l'intéressée si cela lui chante de l'endosser.

Car la vérité est bien là : rien dans le Coran -et ce sont des imams eux mêmes qui le précisent, et on ne peut pas dans ce domaine les accuser de partialité- n'impose à la femme musulmane le port de cet accoutrement choquant. D'autant plus choquant dans un pays où les femmes se sont tant battues pour qu'un tel avilissement ne leur soit imposé. Je m'étonne d'ailleurs à ce propos du peu de réaction qu'ont les mouvements féministes vis à vis de cette situation qui peut devenir à long terme insupportable pour l'ensemble des femmes.

Et que l'on ne dise pas que le fait d'interdire la burka sur un sol laïque va stigmatiser les passions des uns envers les autres. Il me semble au contraire qu'accepter passivement une telle situation, si à l'opposée de l'idée de la place des femmes au sein de la population que se font les occidentaux, risque bien d'avoir l'effet contraire à celui recherché : stigmatiser les esprits laïques contre la religion musulmane.. 

Alors les politiques auront-ils assez de c...s pour faire voter cette loi, qui les privera peut-être d'un certain nombre de voix aux prochaines élections ??...Mais il faut savoir ce que l'on veut : ou faire supporter à la majorité d'une population une situation qui risque de dégénérer, et laquelle elle s'oppose , ou étouffer dans l'oeuf cette situation qui risque de déraper dans le mauvais sens. Et tant pis pour les socialaux qui vont sûrement y trouver à redire, mais qui se cachent derrière leur doigt en refusant de signer la loi, en ne cherchent pas non plus à l'interdire. Car il faut se rendre à l'évidence : le port de la burka est contraire à l'esprit des lois françaises. Et sans aller aussi loin que Le Pen, il est clair que l'intégration d'une minorité dans un pays commence par le respect des lois qui le gouverne. Je ne parle pas là de la majorité des musulmans qui l'ont bien compris, mais de ceux qui prétendent imposer leur façon de vivre à une population qui les a accueillis.

Alors, bien que cela puisse être regrettable, laissons aux pays orientaux qui prêchent un intégrisme à outrance l'application de ces pratiques barbares. Mais ne les autorisons pas dans notre pays qui a tant combattu pour la liberté et l'égalité de l'ensemble des citoyens et citoyennes qui le compose   

Posté par georges1311 à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]